Aller au contenu principal

Le CSEE lutte pour votre pouvoir d’achat

Le CSEE lutte pour votre pouvoir d’achat

planche-pa-l

Le coût des denrées alimentaires augmente…

On en parle et on le constate en faisant ses courses… Les prix augmentent et certains produits se raréfient comme la farine ou l’huile de friture !
Pour votre budget comme pour celui de nos restaurants, l’impact est sensible ! Les raisons sont profondément liées au contexte international, qui ralentit les échanges commerciaux (augmentation du coût des énergies, pandémie, guerre en Ukraine, etc.).

Pour le CSEE, qui gère six restaurants pour vous, ces augmentations sont importantes pour son budget achat. 

Notre engagement pour votre pouvoir d’achat

Le CSEE s’engage à ne pas répercuter l’incidence des hausses de prix de certaines matières premières et de certains produits sur les tarifs de vos restaurants : 

- Filet de lieu et légumes

- Yaourts

- Fish and chips

- Omelette et légumes

- Steak haché

Nous vous proposons toujours certains plats ou accompagnements qui, bien que coûtant plus chers à cuisiner, restent vos favoris : des frites chaque jour, deux pains gratuits, etc. (l'augmentation du prix du pain représente une augmentation de 12 000 €/an pour les restaurants de Roissy et d'Orly !).

Les moyens du CSEE destinés à la restauration ont été réduits en 2019/2020 (-35%), du fait des baisses de subventions et des fermetures liées à la crise sanitaire de la Covid.
Aujourd’hui, en raison de ces augmentations de coût, l’équilibre budgétaire de nos restaurants est précaire !

Vous vivez ces augmentations de prix dans votre quotidien. Au CSEE Industriel, nous faisons notre maximum afin que ces augmentations de prix n’impactent pas plus encore votre pouvoir d’achat lors de votre passage dans nos restaurants.

A titre d’exemples (informations transmises par les fournisseurs de nos restaurants) :

Quelques chiffres et raisons de ces augmentations :


Steak haché :

  • +38 % pour le steak haché frais
  • +15 % pour le bœuf surgelé

Les stocks sont en baisse chez les fournisseurs

Volailles et œufs :

  • +30 % pour le poulet (entier ou piécé)
  • + 7% pour les œufs

La grippe aviaire a fait des ravages en 2022 : 15 millions de volailles abattues,
1300 foyers détectés.

ble

Produits de la mer :

  • +25% pour les filets de poissons sauvages
  • +48% pour le filet de saumon

Un cumul de raisons explique ces augmentations : hausse des coûts de production, grève des pêcheurs bretons suite au Brexit, Covid, Ukraine, marché inflationniste, pénurie d’approvisionnement (-20% de volumes de pêche attendu en Argentine pour les crevettes, etc.).

Céréales et huiles

  • La tonne de blé est passée de 164€ en 2019 à 400€ en 2022
  • 1 bidon de 10l d’huile de friture coûtait 17,60€ début avril et coûte jusqu’à 68€ en ce début juin
  • +37% pour l’huile de tournesol entre mars 2021 et mars 2022

L’Ukraine représente 78% des exportations mondiales d’huile de tournesol et la guerre actuelle empêche l’import de blé en provenance de Russie (boycott), 3e producteur mondial et d’Ukraine (5e) qui ne peut exploiter ses terres dans ces conditions, d’autant que les récoltes européennes, notamment françaises ont été particulièrement mauvaises en 2021…